Pin
Send
Share
Send


Le terme haïku ou haïku , a sa racine étymologique dans le langue Japonais Le concept fait référence à un composition poétique consistant en trois vers : le premier de cinq syllabes , le deuxième de sept syllabes et le dernier vers de cinq syllabes .

C'est une sorte de poésie originaire de Le japon . Le haïkus original est né de la observation de la nature , transmettant l’émotion et l’étonnement du poète. Souvent, ces haïkus ont fait référence à la saison de l’année.

Un haïku, en bref, est un poème développé en dix-sept syllabes ou, plus précisément, dans dix-sept mûres (l'unité de mesure qui reflète la quantité syllabique). Ces dix-sept syllabes ou mûres découlent de leurs trois versets: 5 + 7 + 5 .

Plusieurs fois, le haiku est accompagné d'un faire , une classe de la peinture . Le haïku et le haiga sont le résultat de la contemplation du monde.

Haiku est devenu connu dans le monde occidental grâce à bouddhisme zen , qui a eu recours à cette manière poétique pour diffuser son la philosophie . Des poètes comme les irlandais Seamus Heaney l'américain Jack Kerouac et espagnol Antonio Machado Ce sont quelques-uns des auteurs occidentaux qui ont créé les haïkus.

Il est à noter que le Zen C'est l'une des écoles de bouddhisme appelé Mahayana. En soi, le terme provient de zenna, la façon dont les Japonais prononcent le mot chinois qui peut être traduit par "méditation". Le zen représente la recherche de la sagesse par l'expérience et non la théorie rationnelle.

Bien qu'il soit courant de rencontrer ce lien entre le haïku et le zen, ses origines sont différentes. Dans une travail classique qui rassemble un grand nombre de poèmes du huitième siècle intitulé Man'yoshu, nous en trouvons beaucoup qui se composent de 31 mûres dans lesquelles vous pouvez déjà apprécier le trait caractéristique du haïku: la nature est un objet de poésie en soi, plutôt qu’une excuse de nos sentiments. En d'autres termes, le poème est créé à partir de la merveille que la nature et ses phénomènes ont provoquée chez les Japonais de cette époque.

La combinaison de vers dont les longueurs sont comptées dans les mûres sont cinq et sept est la caractéristique de la famille des formes poétiques du Japon à laquelle appartient le haiku. Au huitième siècle, cette forme métrique pouvait déjà être appréciée, bien que sous un autre nom: Katauta. Lorsque deux d'entre eux ont été combinés, un mondoo, qui peut être interprété comme un dialogue dont deux personnages participent. Dans le mondoo nous avons une question et sa réponse respective, et chacun de ces deux éléments est un Katauta.

À la fin du huitième siècle a commencé à dominer la tanka, une forme poétique caractérisée par être un chant de peu d'extension qui est formé de deux strophes inégales. Le premier s'appelle hokku et a le modèle de Katauta (un tiers de cinq, sept et cinq mûres); le second, en revanche, est construit avec deux versets de sept mûres. Un autre nom par lequel le tanka est waka. Il est également possible de trouver le Renga, un formulaire qui contient plusieurs tanka, parfois de plusieurs auteurs. Al Renga humoristique s'appelle haïkai renga, qui peut être traduit par "poème drôle".

Voyons un exemple du haïku: “Après-midi sombre / hiver puissant. / Froid qui gèle ”. Comme vous pouvez le constater, cette composition comporte trois versets ("Après-midi sombre" est le premier “Puissant hiver” est le second et “Froid qui gèle” C'est la troisième). Le premier verset présente cinq syllabes («Tar-de os-cu-ra»), les sept secondes syllabes ("In-vier-no-de-ro-so") et les quatrièmes cinq syllabes (“Froid cette glace”). Par conséquent, la structure du haïku est remplie.

Pin
Send
Share
Send